diapo

5 Astuces pour se vider la tête

 

ça tourne en boucle dans ma tête 

5 techniques pour se vider la tête.

 A) Noircir une feuille de papier

  1. Prenez : une feuille de papier, un feutre à pointe large ou un pastel sec de la couleur qui vous convient.

  2. Noircissez votre feuille jusqu’à temps que vous sentiez que c’est bon pour vous d’arrêter.

 B)Je fais de la place dans ma tête (VITTOZ)

  1. J’écris ce à quoi je pense sur une feuille de papier en sentant le bienfait que cela me fait.

  2. J’écris ce que je ressens dans mon cœur, en sentant mon stylo dans ma main, en regardant ce que j’écris.

  3. Quand je me sens prêt à faire de la place dans ma tête, je gribouille les mots, je les rature, les barre pour cacher ce que j’ai écrit.

  4. Puis je froisse le papier et sens toute la force que je mets pour le chiffonner ou le déchirer.

  5. Puis je sens ma main s’ouvrir et j’écoute la boule de papier tomber dans la corbeille à papier.

  6. Enfin je pousse un grand soupir.

 C)Respiration abdominale

  1. Se tenir debout et adoptez une posture bien verticale.

  2. Placez une main sur son ventre (sous les côtes) et une main derrière le dos.

  3. Relâchez vos épaules, détendez vos bras et assouplissez légèrement les genoux.

  4. inspirez par le nez en gonflant l’abdomen.

  5. Expirez par la bouche le plus lentement possible, en vidant votre ventre et en lâchant tout ce qui vous encombre.

  6. Respirez ainsi à plusieurs reprises, lentement : gonflez le ventre en inspirant, rentrez le en expirant.

 D) Le paillasson

  1. Je m’installe confortablement.

  2. Je prends plusieurs respirations profondes.

  3. J’attribue à l’endroit où je me trouve : une couleur, un son, un symbole par exemple.

  4. Je ferme les yeux et laisse mes paupières devenir lourdes.

  5. J’imagine que j’ai un paillasson sous mes pieds, c’est mon paillasson. Je laisse venir son image. Je note ce qui le caractérise : matière, forme, couleur, texture, etc.

  6. Je m’image y frotter mes pieds. Et au fur et à mesure que je frotte mes pieds sur mon paillasson imaginaire, je laisse tomber sur ce dernier toutes mes envies, toutes mes tensions physiques, toutes mes émotions, toutes les difficultés que je vis, tout ce qui me préoccupe, me gène, me trouble. Et mon paillasson les absorbe.

  7. J’inspire en laissant venir tout ce que je dois évacuer et je souffle en frottant consciemment mes pieds sur mon paillasson imaginaire en laissant ce dernier absorbé tout ce qu’il doit absorber.

  8. Et je continue à frotter mes pieds sur mon paillasson imaginaire à ma manière et au rythme qui me convient. Et plus je frotte mes pieds, plus ce dernier recueille tout ce que j’ai envie d’évacuer, de lâcher, tout ce dont j’ai envie de me libérer ou toute autre chose.

Je répète autant de fois que j’en ai besoin.

  1. Puis quand c’est bon pour moi :

Je peux bouger la mâchoire, les doigts.

Puis j’ouvre doucement les yeux à mon rythme.

Je retrouve la couleur, l’objet, le son, le symbole… que j’avais choisi pour marquer l’endroit où je me trouvais.

Je peux bailler, m’étirer.

Je suis prêt(e) à poursuivre ma journée (ma soirée) agréablement rafraichi(e) et détendu(e).

 

E) Je dépose tout ce qui m’encombre

Matériel : 1 ou plusieurs feuilles de papier (selon vos besoins) quelques vieux magazines, ciseaux, colle, pastels secs ou peinture ou papier de couleur.

Choisissez dans vos magazines des images, des mots qui représentent ce qui encombre votre tête.

Faîtes un collage sans trop réfléchir.

Recouvrez votre collage d’une couleur qui vous apaise à l’aide du pastel sec ou de la peinture ou du papier que vous avez choisi.

Collez dessus une image  et un mot qui correspond à l’état que vous souhaitez vivre (par exemples : paix, calme, etc.)

Laissez-vous absorber par cette image et pénétrer de toutes les agréables sensations que vous y associez.