diapo

DEUIL DE LA PERTE DE SON EMPLOI

Mon ami Antoine vient d’être licencié.

 

Lorsque mon ami Antoine vient me demande de l’aider, il est en état de choc, il a l’impression de vivre un mauvais rêve. Il peine à réaliser ce qui lui arrive. Il est sidéré, déstabilisé.

 

Puis vient un moment où le déni fait son apparition. Mon ami Antoine résiste, refuse la situation actuelle qui est la sienne : « Non ça ne peut -être. »  « Ce n’est pas la réalité ».

Mon accompagnement, portant sur son processus intérieur de deuil, va m’amener à le mettre face à la réalité, tout en le soutenant.

 

A un moment donné ses résistances viennent à céder et laissent place aux émotions : colère, anxiété, peur, impuissance, révolte, agressivité, etc...

Inutile de lui donner un quelconque conseil, de lui suggérer quoi que ce soit. Mon ami Antoine ne peut à ce stade de son cheminement les entendre.

Outre mon écoute, je peux l’inviter à accueillir, exprimer ses émotions en m’appuyant notamment sur des exercices de créativité.

 

Puis c’est le temps du marchandage, le temps de la pensée magique, le temps où l’on imagine un autre scénario, une nouvelle forme de refus de la réalité : « Ils ne pourront pas arriver à me licencier, ils reviendront me chercher, etc. » Et là de nouveau je le confronte sur ses pensées magiques, l’aide à cheminer.

 

Et la tristesse, cette émotion typique du deuil, fait son apparition ; douleur du cœur, pleurs, chagrin, affliction, peine. Et là encore, je lui propose d’accueillir, d’exprimer sa tristesse en utilisant des moyens divers. Je l’aide à comprendre que cette phase de deuil lui permet de se préparer à l’acceptation de sa perte et à se rendre disponible à d’autres centres d’intérêts.

 

Le processus de deuil n’étant pas linéaire, toutes ces émotions peuvent survenir de manière aléatoire, se vivent comme une spirale d’allers-retours, jusqu’au au moment où mon ami Antoine va accepter la réalité : « il a été licencié, il ne retrouvera pas son emploi. » Il apprend à composer avec cette réalité.

 

Il peut parler de son ancien emploi sans être déstabilisé, ni troublé émotionnellement. Il a retrouvé de l’énergie physique et mentale. Il a retrouvé le goût de s’investir dans de nouveaux projets. Il va pouvoir s’engager de manière efficace, à sa façon, à sa manière, dans une recherche d’emploi. Il pourra en autre s’appuyer sur les apprentissages et expériences positives de son ancien emploi, sur les ressources qu’il a pu développer lors du processus de deuil.